RC Lens – Quevilly (2-0) : La peur au ventre, Les Sang et Or marquent leurs premiers points

siko-sourire

Les visages de Joseph Oughourlian, l’actionnaire majoritaire, et de Gervais Martel, pâles comme des linges, traduisaient la peur lors de l’entrée des joueurs sur la pelouse de Bollaert à l’occasion de la réception de Quevilly-Rouen.

La Marek était étrangement silencieuse, et les Sang et Or, inhibés, tendus, comme tétanisés, retombaient dans leurs travers de début de saison dès l’entame du match. Aucune prise de risque, de l’imprécision, des choix inopportuns, des maladresses techniques à la pelle, bref, rien pour rassurer le spectateur ou le téléspectateurs. A Chaque mauvais contrôle ou mauvaises passe, des sifflets venaient rappeler aux joueurs que Bollaert était sur le point d’exploser.

On ne sait pas trop ce qui a pu se passer dans le vestiaire à la pause. On sait que Gervais Martel était présent mais qu’il n’a rien dit. Toujours est-il que le groupe a semblé métamorphosé à la reprise. Lens a abandonné son 4-1-4-1 des familles pour un 4-4-2 plus pêchu avec quelques repositionnements de joueurs et miracle, le jeu des Sang et Or a pris de l’épaisseur. Le ballon est devenu lensois, Quevilly ne procédait plus que par contres et les occasions se multipliaient.
C’est le plus remuant des Sang et Or, Bellegarde, qui délivrait Bollaert à la 69ème minute, d’une frappe lointaine déviée.
La gestion de la fin de la rencontre fut par contre beaucoup plus compliquée. La peur au ventre, les hommes de Sikora, partagés entre l’envie d’enfoncer le clou et de défendre ce but d’avance, se mirent à reculer après l’ouverture du score et c’est surtout grâce à la maladresse des attaquants de Quevilly que Lens a pu préserver son maigre avantage.
Dans les arrêts de jeu, Maazou, sur le dernier contre lensois, scellait la victoire des Sang et Or.

Ok, on a tremblé, on s’est encore fait chier durant toute la première période, mais les progrès sont significatifs. La joie qui a suivi les deux buts et la communion joueurs/banc prouve que l’union sacrée est en place. Certes, le mal est fait, le Rc Lens ne pourra pas rattraper son retard, mais on respire…

Image1

FacebookTwitterGoogle+Partager

Laisser un commentaire